Bilan 2018: Grâce à leur bon résultat, les CFF peuvent baisser les prix et investir dans le service- une année exigeante sur le plan de l’exploitation.

  • En 2018, les CFF ont acheminé 1,25 million de voyageurs par jour (+0,8%). 
  • La ponctualité, en léger recul à 90,1% (−0,1 point), n’a pas donné satisfaction dans certaines régions, ainsi qu’au 4e trimestre. 
  • L’année 2018 a été exigeante du point de vue de l’exploitation: record absolu en termes de volume des travaux d’entretien, élargissement de l’offre et mise en service retardée des trains duplex de Bombardier pour le trafic grandes lignes. 
  • Le résultat du groupe s’est établi à 568 millions de francs (+42,5%), notamment grâce au programme de renforcement de l’efficacité RailFit20/30; le bénéfice est intégralement réinjecté dans le système ferroviaire. 
  • Grâce à leur bon résultat, les CFF ont pu proposer davantage de billets dégriffés et réaliser d’autres investissements pour la clientèle dans le service et la qualité.
  • Avec un résultat de 12,9 millions de francs, CFF Cargo retrouve des chiffres positifs; la situation reste toutefois tendue en raison de la libéralisation totale et de la suppression intégrale des subventions à partir de 2019.
  • La Confédération et les cantons ont commandé des prestations pour l’exploitation et l’entretien de l’infrastructure, le trafic régional et les aménagements à hauteur de 3466 millions de francs (+2,8%).
  • Le taux de couverture des coûts en trafic régional s’est amélioré au profit de la Confédération et des cantons, notamment grâce à une meilleure productivité.
  • Le taux de couverture de la dette a poursuivi son amélioration et s’inscrit, avec 5,62, en deçà de la limite prescrite par la Confédération (6,5).

Les CFF ont acheminé 1,25 million de passagers par jour en 2018 (+0,8%). La ponctualité clientèle a reculé: 90,1% des voyageurs sont arrivés à l’heure (−0,1) et 97,0% ont obtenu leur correspondance (−0,1). La ponctualité n’a pas donné satisfaction en Suisse romande et au Tessin, ni au 4e trimestre sur des lignes très sollicitées comme Berne–Zurich. 

La sécurité s’est maintenue à un niveau élevé: le nombre d’accidents professionnels, ferroviaires et de manœuvre a diminué par rapport à l’exercice précédent. La satisfaction de la clientèle a quant à elle progressé en trafic voyageurs et en trafic marchandises. Elle est restée stable dans le secteur immobilier. En 2018, nous avons obtenu de meilleurs résultats qu’en 2017 pour cinq des neuf objectifs du groupe. La valeur concernant l’image du groupe est restée stable; la ponctualité, la motivation du personnel et le flux de trésorerie disponible se sont quant à eux inscrits en recul. 

Facteurs pesant sur la ponctualité en 2018.

Les résultats en matière de ponctualité s’expliquent par les travaux d’entretien, qui n’ont jamais été aussi nombreux, et par les aménagements de l’infrastructure. Ces chantiers ont en effet nécessité de nombreuses interruptions de lignes. Dans le même temps, les CFF ont étoffé leur offre et assuré comme à l’accoutumée de nombreuses courses supplémentaires pour des manifestations de grande envergure, comme la Street Parade de Zurich ou des courses d’école.

Les retards au niveau de la mise en service des trains duplex TGL de Bombardier nous ont contraints à utiliser le matériel roulant ancien plus longtemps et de manière plus intensive. Les CFF font tout leur possible, en collaboration avec le fournisseur Bombardier, pour assurer la mise en service régulière des nouveaux trains dans les meilleurs délais. Différents dérangements techniques sans cause systématique ont affecté les locomotives, véhicules, appareils d’enclenchement, lignes de contact et systèmes informatiques. La ponctualité a également pâti des retards de trains en provenance de l’étranger, et malheureusement aussi des accidents de personne. 

Résultat du groupe en progression.

S’établissant à 568 millions de francs, le résultat du groupe CFF a progressé de 169 millions. Les secteurs Trafic régional et Infrastructure ont contribué à cette hausse à hauteur de 102 millions de francs; conformément aux dispositions légales, ce montant est affecté à des réserves spéciales. Les 467 millions de francs issus des secteurs autofinancés sont entièrement investis dans le système ferroviaire, par exemple dans du matériel roulant. RailFit20/30, le programme de renforcement de l’efficacité, a lui aussi contribué activement au résultat du groupe. Ce programme est bien engagé: nous avons réduit les frais administratifs, renforcé la productivité en trafic voyageurs, en trafic marchandises et dans le secteur de l’infrastructure, et accompli davantage en matière d’investissements et d’acquisitions avec moins de moyens. Les effets exceptionnels ayant affecté le résultat de l’exercice précédent, à savoir la correction de valeur de CFF Cargo et les provisions pour restructurations de l’ordre de 208 millions de francs, ont disparu. Les bénéfices issus de la vente de biens immobiliers s’inscrivent quant à eux en recul en 2018. Une baisse des bénéfices est à prévoir au cours des prochaines années en raison de la mise en service de matériel roulant (trains duplex pour le trafic grandes lignes, Giruno) et d’une hausse de l’entretien du matériel roulant. En trafic régional, secteur donnant droit à des indemnités compensatoires, le taux de couverture des coûts, s’est établi à 61,8% (+0,6). 

Les prestations commandées par la Confédération et les cantons pour l’exploitation et l’entretien de l’infrastructure, le trafic régional et les aménagements ont augmenté de 2,8%, à 3466 millions de francs (2,0% à 2720 millions de francs sans les investissements). 

En raison des investissements financés par des prêts commerciaux, le flux de trésorerie disponible a atteint −215 millions de francs (contre 396 millions en 2017). Le taux de couverture de la dette s’est amélioré à 5,62 (contre 5,97 en 2017). Les CFF se situent donc de nouveau en deçà de la limite supérieure de 6,5 prescrite par le propriétaire. Des gains d’efficacité supplémentaires seront nécessaires pour garantir un taux pérenne. Les CFF ont prévu d’importants investissements dans les années à venir, notamment dans le matériel roulant et dans les gares, afin d’améliorer le service et le confort de la clientèle. 

Le nombre de postes à temps plein a reculé de 446 pour s’établir à 32 309. Cette baisse affecte tous les secteurs. Des postes ont en revanche été créés dans la technique et l’entretien chez Voyageurs, dans les filiales de CFF Cargo, ainsi que chez IT. Pour des raisons d’efficacité, des tâches incombant autrefois aux divisions ont été regroupées chez Human Resources, unité centrale du groupe. En 2018, 1620 apprentis ont été formés à 25 métiers aux CFF. 447 d’entre eux ont terminé leur apprentissage. Fin 2018, les CFF avaient 840 postes vacants, principalement dans des domaines liés à la maîtrise de la hausse du trafic (personnel des locomotives ou personnel technique).

La division Voyageurs franchit pour la première fois la barre des 100 millions de billets vendus.

En 2018, les CFF ont vendu 107 millions de billets. Les canaux de vente numériques, cff.ch et Mobile CFF, en progression de 37%, y ont largement contribué. En revanche, les ventes au guichet et au distributeur sont en baisse. La partie libre-service a atteint une valeur inégalée d’environ 87,9%. Les CFF peuvent se féliciter du nombre record de clients réguliers, supérieur à 3 millions. 490 000 clients disposent d’un abonnement général (+ 2,1%) et 2,6 millions d’un abonnement demi-tarif (+ 2,6).

Clients et commanditaires profitent de la baisse de prix, en 2019 également.

En 2018, les gains de productivité réalisés ont permis aux CFF d’appliquer des réductions de prix de l’ordre de 80 millions de francs, soit 30 millions de plus qu’annoncé, via la vente de billets dégriffés. Au total, ils ont vendu cinq millions de billets dégriffés, jusqu’à 30 000 certains jours. Ces ventes ont entraîné une hausse du trafic dans l’ensemble des transports publics et une réorientation vers les trains peu occupés: un voyageur sur quatre a opté pour une autre heure de départ et d’arrivée. Un sur trois n’aurait pas acheté de billet s’il n’avait pas bénéficié d’une réduction. Enfin, 20% des personnes concernées ont voyagé en train au lieu de prendre la voiture.

Les CFF ont également investi dans la propreté des trains et baissé les prix de la restauration ferroviaire. Les effectifs aux guichets et au Contact Center de Brigue ont été renforcés aux heures de pointe afin de réduire encore le temps d’attente pour les clients. Au total, en 2018, les CFF ont dépensé 156 millions de francs pour la mise en œuvre de ces mesures. 

Soucieux d’améliorer le rapport prix-prestation et la qualité du service en 2019 également, les CFF ont prévu les mesures suivantes: vente de billets dégriffés pour un montant total de plus de 100 millions de francs, distribution de bons et de crédits destinés aux clients titulaires d’un abonnement et améliorations dans les domaines de la restauration, de l’information à la clientèle et du nettoyage. Au total, les CFF vont investir 230 millions de francs dans ce cadre, allant bien au-delà de l’accord conclu avec le Surveillant des prix.

Les gains de productivité dans le secteur de l’infrastructure se sont traduits par une diminution du prix du courant de traction à hauteur de 23 millions de francs par an, au bénéfice de l’ensemble des entreprises de transport ferroviaire de voyageurs et de marchandises. L’amélioration du taux de couverture des coûts en trafic régional profite à la Confédération et aux cantons, en leur qualité de commanditaires. 

Les gains de productivité permettront en outre aux CFF de demander à l’Office fédéral des transports une baisse du prix du sillon d’environ 100 millions de francs d’ici à 2021, voire plus tôt si possible. Cette mesure aidera l’ensemble des entreprises de transport ferroviaire à améliorer leur rapport prix-prestation en faveur de leurs clients et à renforcer leur compétitivité tout au long des chaînes de mobilité et de logistique. 

Le résultat du trafic voyageurs a atteint 241 millions de francs (contre 186 millions l’année précédente). Le produit du trafic voyageurs a crû de 2,2% à 3483 millions de francs.

Ce phénomène s’explique par l’augmentation du nombre d’abonnements généraux et demi-tarif, ainsi que par l’embellie constatée en trafic voyageurs international malgré les grèves en France. La demande en hausse sur l’axe nord-sud a été particulièrement bénéfique. 

Les voitures IC 2000 souillées à l’extérieur en raison d’une erreur du prestataire en charge de la protection contre les graffitis seront nettoyées d’ici au printemps. Les dégradations du matériel roulant dues à des actes de vandalisme ont de nouveau augmenté en 2018, entraînant des coûts de 5,8 millions de francs. Le nombre de graffitis a crû de 29%. Les dommages en résultant ont augmenté de 43%, à 3 millions de francs. En effet, les surfaces recouvertes sont de plus en plus grandes. Les CFF collaborent étroitement avec les autorités de poursuite pénale et portent systématiquement plainte. 

Immobilier enregistre une hausse des revenus locatifs.

Les objets de placement dans l’Europaallee à Zurich ainsi qu’à Zurich Altstetten/Westlink ont été mis en service dans le courant de l’année 2017 et ont généré pour la première fois des revenus locatifs en 2018. Il en résulte une hausse des produits de tiers, qui s’établissent à 502 millions de francs (+4,6%).

Les chiffres d’affaires réalisés avec des tiers dans les 32 grandes gares ont connu une évolution positive (+61 millions de francs, +3,7%), notamment grâce aux bons résultats enregistrés dans réalisés dans les gares de Zurich, Saint-Gall et Genève Cornavin. Alors que le commerce de détail a stagné en Suisse (+0,1%, état en novembre), le chiffre d’affaires des CFF réalisé avec des tiers, corrigé des surfaces de vente, a nettement dépassé le niveau de l’année précédente. 

Le résultat issu de la vente de biens immobiliers s’inscrit en recul à 107 millions de francs, contre 207 millions en 2017. Les bénéfices réalisés devraient avoisiner 60 millions de francs dans les années qui viennent. Au total, avec 339 millions de francs, CFF Immobilier réalise un résultat avant paiements compensatoires inférieur à l’année précédente (435 millions en 2017). 

Le trafic marchandises renoue avec les bénéfices grâce au programme d’assainissement .

Avec un résultat de 12,9 millions de francs, CFF Cargo retrouve des chiffres positifs. Les mesures d’assainissement et d’amélioration de la performance ont porté leurs fruits. Des effets uniques sont toutefois survenus en 2018, comme des amortissements plus faibles en raison de la correction de valeur de 2017 ou encore des ventes de matériel roulant. À partir de 2019, les subventions qui avaient été progressivement réduites au fil des années, jusqu’à 8 millions de francs dernièrement, seront supprimées. CFF Cargo ne recevra donc plus d’aides directes de la Confédération. La situation reste globalement tendue. CFF Cargo fait face à une vive concurrence. Par ailleurs, son activité implique que le chemin de fer soit implanté aux endroits où l’entreprise peut exploiter ses atouts, et où les clients sont disposés à payer le prix demandé. 

Grâce à une hausse des recettes de 11,6 millions de francs, SBB Cargo International a enregistré un résultat positif de 6,1 millions de francs. 

CFF Cargo examine les points de desserte et se prépare pour ses futurs partenariats.

Le trafic par wagons systématique, qui revêt une importance stratégique certaine pour l’approvisionnement de la Suisse, a évolué positivement par rapport à l’exercice précédent (+ 1,7% de son chiffre d’affaires). Le trafic par wagons isolés a encore reculé de 2,4% et subit une pression de plus en plus forte. D’ici à la fin de l’année 2019, CFF Cargo examinera avec ses clients des alternatives à la desserte quotidienne fixe, comme les livraisons groupées. Cela permettra d’éviter des mauvaises surprises aux clients. Dans les régions pilotes, les premiers retours indiquent que dans 60% des cas environ, il a été possible de trouver de solutions meilleures qu’avant par le rail. 

Depuis janvier 2019, CFF Cargo est une société indépendante du groupe CFF. Les CFF posent ainsi les bases d’une prise de participation par des tiers d’ici à la fin de l’année. La recherche de partenaires par CFF Cargo a éveillé l’intérêt en Suisse et à l’étranger. Les offres sont actuellement étudiées et négociées. 

CFF Infrastructure enregistre une nouvelle hausse de la productivité et un volume d’entretien record.

CFF Infrastructure n’avait encore jamais réalisé autant de travaux d’entretien et de renouvellement qu’en 2018. Les collaborateurs ont dû travailler dans des conditions difficiles, en pleine chaleur estivale. Le groupe n’est plus très loin du volume nécessaire pour garantir le maintien de la substance à long terme. 

Le résultat annuel de CFF Infrastructure s’est établi à 78,2 millions de francs (contre 99,6 millions l’année précédente), les secteurs Énergie et Réseau y contribuant respectivement à hauteur de 24,8 et 53,3 millions. Si le résultat du secteur Énergie est réinvesti dans les installations de production d’énergie, celui du secteur Réseau est affecté à un but particulier et alimente les réserves spéciales pour l’avenir.

Les fonds octroyés par la Convention sur les prestations (CP) n’ont pas été entièrement utilisés, alors même que les prestations d’entretien planifiées ont été réalisées. Cela est dû d’une part à l’amélioration de la productivité ainsi qu’à des oppositions, et d’autre part à l’absence de ressources nécessaires en termes de planification et de réalisation pour mettre en œuvre les projets supplémentaires d’entretien, de renouvellement et d’aménagement, dont le volume est en hausse. Contrairement aux estimations initiales, les CFF ne devraient pas, pour ces raisons, dépenser la totalité de leur enveloppe financière pour 2017-2020: ces économies sont évaluées à 250 millions de francs, soit 3% du budget.

Les travaux devraient être regroupés à l’avenir également; l’état du réseau reste stable.

Les CFF continueront de regrouper au maximum les travaux d’entretien, de renouvellement et d’aménagement sur de courtes périodes lorsque cela semble judicieux, comme lors de l’interdiction totale entre Lausanne et Puidoux-Chexbres pour la réalisation d’un gros chantier ou lors de la fermeture de la gare de Lucerne tout un week-end en 2018 pour la réfection d’appareils de voie. Ils considéreront les conséquences pour la clientèle et sur la ponctualité avec la plus grande attention, programmeront les travaux aux heures de faible affluence et proposeront un service de remplacement. Toutefois, pour pouvoir concentrer les travaux dans le temps, le groupe doit disposer de spécialistes en planification et en construction et avoir les capacités de construction requises. Il s’agit donc ici de trouver le juste équilibre entre ponctualité, disponibilité de l’infrastructure et qualité durable. 

La disponibilité de l’infrastructure s’est améliorée en 2018: les dérangements aux installations ne se sont pas multipliés bien que le trafic ait augmenté. L’état des installations d’infrastructure – réseaux ferroviaire, énergétique et de télécommunications – reste stable par rapport à l’exercice précédent et est déclaré «bon à suffisant» selon le rapport sur l’état du réseau 2018. L’état de la voie ferrée est quant à lui toujours uniquement considéré comme «suffisant», celui des ouvrages d’art comme «bon». Les CFF ont renouvelé 226 kilomètres de voie ferrée, soit 14 kilomètres de plus qu’en 2017, et ont réalisé davantage de mesures d’entretien préventif: ils ont par exemple meulé 216 kilomètres supplémentaires de rails en 2018 (+10%). 

Les CFF ont atteint 8 des 15 objectifs quantitatifs fixés avec la Confédération dans la Convention sur les prestations (contre 12 sur 15 en 2017). Les objectifs de sécurité ont de nouveau tous été dépassés. Concernant la baisse du prix du courant de traction, les CFF ont accepté le risque que l’objectif financier relatif aux produits des sillons ne soit pas atteint.

Le rapport de situation CFF Infrastructure, le rapport sur l’état du réseau et le rapport annuel relatif à la convention sur les prestations peuvent être commandés par e-mail à: kommunikation-infrastruktur@sbb.chOuverture du lien dans une nouvelle fenêtre.

Le groupe CFF en chiffres.


Compte de résultat du groupe
En millions de francs

2018

2017

+/–

+/– en %

Produits d’exploitation

9645

9442

203

2,2

Charges d’exploitation

−9059

−8941

−119

1,3

EBIT avant correction de valeur

586

501

84

16,9

Résultat d’exploitation/EBIT 586 313 273 87,4
Résultat financier −105

−104

−2

1,8

Résultat issu de la vente de biens immobiliers 107

207

−100

−48,4

Résultat avant impôts

Impôts et parts des minoritaires

587

−19

416

−17

171

−2

41,1

9,1

Résultat du groupe

Infrastructure Réseau

Trafic régional

Secteurs autofinancés

568

53

48

467

399

53

14

332

169

0

34

135

42,5

0,1

249,2

40,6

Flux de trésorerie disponible

Endettement net porteur d’intérêts

Taux de couverture de la dette

−215

8619

5,62

396

8406

5,97

−611

213

−0,35

−154,2

2,5

−5,9

Subventions des pouvoirs publics

Prestations pour l’infrastructure ferroviaire

Indemnités compensatoires Trafic régional

Indemnités compensatoires Trafic marchandises

2720

2058

653

8

2666

2030

622

13

54

28

31

−5

2,0

1,4

5,0

−41,3

Résultats par segment Comptes individuels en millions de francs

2018

2017

+/–

+/– en %

Voyageurs

Trafic grandes lignes
Trafic régional
Autres domaines d’activité
Taux de couverture des coûts en trafic régional (%)

241

176
48
17
61,8

186

178
14
−6
61,2

56

−2
34
23
0,6

29,9

–1,3
 249,2
–369,5
1,0

Immobilier

avant paiements compensatoires
après paiements compensatoires

 

339
10

 

435
10

 

−96
0

 

–22,1
4,1

Trafic marchandises

Cargo Suisse
Cargo International

13

8
6

−239

−245
8

252

253
–2

–105,4

–103,5
–26,6

Infrastructure

Énergie
Réseau

78

25
53

100

46
53

−21

−22
0

–21,5

–46,5
0,1

Collaborateurs, quantités et prestations

2018

2017

+/–

+/– en %

Collaborateurs (ETP) 32 309 32 754 −446 –1,4

Voyageurs:

Voyageurs transportés par jour (en millions)
Voyageurs-kilomètres (en millions)
Taux d’occupation moyen (en %)
Ventes de billets (en millions)
Taux de libre service (en %)
dont part via canaux numériques (en %)

 

1,25
18608
27,9
107,4
87,9
41,2

 

1,24
18501
27,5
98,9
84,8
32,7

 

0,01
107
0,4
8,5
3,2
8,5

 

0,8
0,6
1,4
8,6
3,7
26,0

Immobilier
Produits locatifs de tiers (en millions de francs)

502

480

22

4,6

Trafic marchandises
Tonnes-kilomètres nettes (en millions)

16974

16699

276

1,7

Wagons CFF Cargo SA (Suisse) chargés

Trafic par wagons systématique
Trafic par wagons isolés
Trains complets

 


573101
68370
225107

 


569360
69370
217695

 


3741
−1000
7412

 


0,7
–1,4
3,4

Infrastructure

Sillons-kilomètres (en millions)
Efficacité d’utilisation du réseau (trains par voie
principale et par jour)

 

182,3

77,7

 

182,3

78,4

 

0,1

–0,7

 

0,0

–0,8

Contenu complémentaire

CFF SA

Communication

Hilfikerstrasse 1

Case postale 65

3000 Berne